françaisEnglishDeutsch

Nicolas Lavarenne

Sculptures

L'artiste

L'artiste

Né à Chamalières le 2 octobre 1953

Sculpteur autodidacte

Quelques expositions récentes

Galerie Akka, Paris
Exposition personnelle en environnement urbain, Neuchâtel, Suisse
Galerie Grard, Neuchâtel, Suisse
Regard sur les Arts, Collégiale de Lamballe, Bretagne
Galerie Art Seiler, Saint Paul de Vence
Galerie Talisman, Gillingham, Angleterre
Sculptures sous le soleil d'Antibes, Exposition urbaine de sculptures monumentales
Galerie Fadi Mogabgab, Beyrouth, Liban
Skulpturenweg, Fondation Grauholz, Bern, Suisse
Aarhus Kunstbygning, Aarhus, Danmark
Galerie Ambuel, Sion, Suisse
Dall progetto al' opera, Toronto, Montréal, Canada et USA
Carré des sculpteurs, Genève
Galerie Humus-Filambule, Lausanne, Suisse
Exposition internationale du Cinquantenaire de la libération des camps, Dachau, Allemagne
Exposition urbaine de sculptures monumentales, Divonne-les-Bains
Galerie Sparts, Paris
Exposition urbaine de sculptures monumentales, Aix-en-Provence, Abbaye de Silvacane

Découvert par la galerie Jas de la Rimade en 1984

Nombreuses œuvres monumentales dans les collections publiques et collections d'entreprises.
Nombreux prix

L'oeuvre

Je sculpte de façon réaliste en recherchant l'expression par les attitudes du corps humain ; je travaille sur la dualité paradoxale des situations.
D'un équilibre parfait, mais instantané, les corps nus oscillent sous le regard du spectateur qui les fera choir ou s'élever.

Nicolas Lavarenne

Les musculatures sont perceptibles dans la plus évidente minutie. Indispensables à la puissance ou à la grâce des corps, elles se précisent dans leurs grandes lignes et s'affinent dans l'action, ouvrant la voie à la vie que cette œuvre dispense en plénitude.
L'on atteint la fantastique chevauchée de ses guetteurs, jockeys, passeurs, matadors, papillon, extraordinaire saga dont les héros seront vus, de loin ou de près, comme un ballet fluctuant dont la vision est souvent aérienne puisque les pièces, juchées sur des perches ou des tiges, se situent à plusieurs mètres de hauteur quand on les veut monumentales.


Extrait d'un texte de Michel Gaudet